Navigation – Plan du site
Article
Varia

Housebreakers and Peeping Toms: Voyeurism in John Cheever’s Early Suburban Stories

Yair Solan
p. 303-321

Résumé

Les années 1950 marquent un moment transitoire significatif dans la carrière de John Cheever puisqu’il commence dès lors à s’intéresser à la représentation de la banlieue – une transformation que le magazine The New Yorker, qui publiait la majeure partie de ses textes, avait également opérée à la même période. Ce changement est évident dans des nouvelles comme “The Housebreaker of Shady Hill” et “The Cure”, deux textes de « jeunesse » dans ce nouveau champ d’investigation où l’on sent le penchant de l’auteur pour le voyeurisme et la flânerie – tendances qui révèlent une vision conflictuelle de la banlieue et une sensibilité urbaine encore vive. En enquêtant et en naviguant à travers la banlieue, les personnages aliénés de Cheever font souvent écho à leur expatriation de la ville et illustrent les afflux des classes moyennes de la ville vers les banlieues. Le profond désir de flâner que l’on retrouve chez les personnages reflète, comme le montre cet article, un phénomène urbain qui est transféré dans un environnement périphérique – environnement dépourvu du pouvoir de l’anonymat propre à la ville tout en présentant le spectacle relatif à toute consommation.

Entrées d’index

Studied authors :

John Cheever

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en mars 2018.

Plan

Voyeurism and Middle-Class Precarity in “The Housebreaker of Shady Hill”
“The Cure” and the Peeping Tom’s Intrusive Gaze
The Suburban Voyeur as Flâneur

Aperçu du texte

Looking back on his move to the suburbs with his young family in “Moving Out,” an article featured in the July 1960 issue of Esquire, John Cheever claimed that on the night before they left New York City he “jumped, in an exuberance of regret, out of a first-story window” (979). If there was one writer whose work would embody the explosive growth of suburbia during the postwar era, it was Cheever—the celebrated “Ovid in Ossining,” as a 1964 Time magazine cover story had proclaimed. And yet, his reminiscence is full of sweeping dismissals of suburban life: “My God, the suburbs! They encircled the city’s boundaries like enemy territory and we thought of them as a loss of privacy, a cesspool of conformity and a life of indescribable dreariness in some split-level village where the place name appeared in the New York Times only when some bored housewife blew off her head with a shotgun” (977).

While his assiduous chronicling of the suburban cocktail party set effectively cemented Cheever...

Pour citer cet article

Référence papier

Yair Solan, « Housebreakers and Peeping Toms: Voyeurism in John Cheever’s Early Suburban Stories », Journal of the Short Story in English, 66 | 2016, 303-321.

Référence électronique

Yair Solan, « Housebreakers and Peeping Toms: Voyeurism in John Cheever’s Early Suburban Stories », Journal of the Short Story in English [En ligne], 66 | Spring 2016, mis en ligne le 01 mars 2018, consulté le 23 juin 2017. URL : http://jsse.revues.org/1715

Auteur

Yair Solan

Yair Solan is a Ph.D. candidate in English at the Graduate Center of the City University of New York. He specializes in nineteenth- and twentieth-century American literature, film and media studies, histories of spectatorship, and visual culture. His work has been previously published in Studies in American Naturalism.

Droits d’auteur

© All rights reserved

  • Revues.org