Navigation – Plan du site
Article
Varia

Betch you’ bootsh!”: Jewish Humour, Jewish Identity, and Yiddish Literary Traditions in Abraham Cahan’s Yekl

Brian Jansen
p. 285-302

Résumé

Contrairement aux idées qu’avancent notamment Susan K. Harris et Sabine Haenni, le réalisme littéraire américain est un genre tout à fait approprié pour décrire la vie d’immigrants au tournant du vingtième siècle dans toutes ses subjectivités – parce qu’il recourt à des dialectes qui ne permettent pas de donner accès à l’intériorité des personnages ou parce qu’il s’orientait toujours vers des normes propres aux classes moyennes reléguant les immigrants à la marge. Cet article propose une autre manière de lire la littérature émanant de l’immigration à partir de Yekl, l’histoire du New York Yiddish d’Abraham Cahan. Yekl est lu comme un récit dont la dimension réaliste et le désir d’interpréter la culture yiddish américaine pour un public large se complètent – et se compliquent – car il prend en compte et s’engage dans une réflexion avec les traditions littéraires yiddishs qui ne relèvent pas du réalisme : le conte populaire, les figures populaires comme le schlemiel (le pauvre maladroit) et l’humour que l’on trouve dans les formes verbales, le recours à l’anecdote et à la dérision. La technique narrative qu’emploie Cahan et plus particulièrement son utilisation du dialecte yiddish et de l’humour font plus que de recréer des stéréotypes. La novella tourne ses personnages en ridicule et ce dans le but plus large de célébrer l’identité yiddish et son héritage.

Entrées d’index

Studied authors :

Abraham Cahan

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en mars 2018.

Aperçu du texte

There’s a well-known Jewish joke which goes, more-or-less, as follows:

A Frenchman, a German, and a Jew walk into a bar. “I’m tired and thirsty,” says the Frenchman, “I must have wine.” “I’m tired and thirsty,” says the German, “I must have beer.” “I’m tired and thirsty,” says the Jew, “I must have diabetes.”

This is a joke that raises questions. To what extent does it depend on stereotypes? Is it racist? Is it funny? And does the answer to that last question depend on the identity of its teller? Can a joke—even such a seemingly mean-spirited joke—reveal something positive about its teller? Can ethnic humour be, as Howard Ehrlich claims, “an act of self-disclosure” (qtd. in Brandes 233)? There is a world of difference between a simple joke, told offhand, and a work of literature, but the questions such a joke raises may nevertheless be worth keeping in mind when approaching literary works in which ethnic humour is a prominent feature. And it is just one such literary work that this e...

Pour citer cet article

Référence papier

Brian Jansen, « Betch you’ bootsh!”: Jewish Humour, Jewish Identity, and Yiddish Literary Traditions in Abraham Cahan’s Yekl », Journal of the Short Story in English, 66 | 2016, 285-302.

Référence électronique

Brian Jansen, « Betch you’ bootsh!”: Jewish Humour, Jewish Identity, and Yiddish Literary Traditions in Abraham Cahan’s Yekl », Journal of the Short Story in English [En ligne], 66 | Spring 2016, mis en ligne le 01 mars 2018, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://jsse.revues.org/1713

Auteur

Brian Jansen

Brian Jansen is a PhD candidate in English Literature and Creative Writing at the University of Calgary. His work has appeared most recently in the journal ESC: English Studies in Canada and the volume Literature, Rhetoric, and Values (CSP, 2012)

Droits d’auteur

© All rights reserved

  • Revues.org