Navigation – Plan du site
Article
Special Section: Affect and the Short Story and Cycle

Affective Atmospheres in the House of Usher

Dennis Meyhoff Brink
p. 103-127

Résumé

Les intensités émotionnelles ne relèvent pas uniquement de la « vie intérieure » des individus ; elles peuvent également se trouver, d’après le dicton, « dans l’air », c’est-à-dire en tant qu’atmosphères partagées qui nous enveloppent, nous pénètrent et nous affectent. De telles atmosphères affectives sont omniprésentes dans la nouvelle « La Chute de la Maison Usher » d’Edgar Allan Poe (1839). La Maison Usher est non seulement explicitement voilée d’une atmosphère qui lui est propre ; l’intrigue tout entière est centrée sur la manière dont cette atmosphère affecte les personnages de l’histoire et la manière dont ils interprètent son influence. Par conséquent, les travaux récents sur l’affect et l’atmosphère dans les études littéraires et culturelles sont extraordinairement productifs pour une analyse de la nouvelle de Poe : d’une part, ils peuvent nous aider à comprendre les nombreuses descriptions des atmosphères affectives, et d’autre part, le texte peut nous aider à traiter des théories existantes et développer de nouveaux concepts afin de contribuer à la théorisation en cours sur l’affect et l’atmosphère. S’appuyant sur un certain nombre d’analyses approfondies de Poe, cet essai propose en conséquence de nouveaux concepts tels que l’émission affective, l’écosystème affectif et la possession affective. En outre, il s’agira d’avancer que la nouvelle de Poe révèle la raison pour laquelle ses contemporains furent incapables de comprendre la nature de leurs conditions atmosphériques.

Entrées d’index

Studied authors :

Edgar Allan Poe

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en mars 2018.

Plan

Theoretical introduction
The atmosphere of the House of Usher
Feeling the atmosphere
The mystery of atmospheric phenomena
Between science and mysticism
Affective possession and the language of superstition
A sundial and a resource

Aperçu du texte

Theoretical introduction

We tend to think about emotions in accordance with the basic grammatical structure of our language: when we say that the person X feels Y, we implicitly define emotions as predicates belonging to subjects. In this way our language encourages us to think of emotions as phenomena that belong to subjects—to grammatical subjects as well as to human subjects. My feelings are mine, I might say, and they belong to me, because they occur in me. The presumption of subjective ownership of emotions is thus often intertwined with a presumption of the interiority of emotions. We think of emotions as residing inside our soul, our consciousness, our subconsciousness, our psyche or in some other interior container that is more or less co-extensive with, but not identical to, our body. As Sara Ahmed has put it: “if I was thinking about emotions, I would probably assume that I need to look inwards, asking myself, ‘How do I feel?’ Such a model of emotion as interiority is cruc...

Pour citer cet article

Référence papier

Dennis Meyhoff Brink, « Affective Atmospheres in the House of Usher », Journal of the Short Story in English, 66 | 2016, 103-127.

Référence électronique

Dennis Meyhoff Brink, « Affective Atmospheres in the House of Usher », Journal of the Short Story in English [En ligne], 66 | Spring 2016, mis en ligne le 01 mars 2018, consulté le 29 mars 2017. URL : http://jsse.revues.org/1695

Auteur

Dennis Meyhoff Brink

Dennis Meyhoff Brink teaches comparative literature at the University of Copenhagen where he is also leading a research group on affect theory. His fields of research cover theories of affect, the history of religious satire in Europe, and the role of fiction in society. He has published articles on these subjects in Scandinavian journals such as Kritik, K&K, Passage, and Chaos.

Droits d’auteur

© All rights reserved

  • Revues.org