Navigation – Plan du site
Article

Incidences de la dissidence chez Virginia Woolf : de la nouvelle aux pamphlets

Jacques Sohier

Résumé

This is a study based on the short-story "The Journal of Mistress Joan Martyn" and on the two pamphlets A Room Of One's Own   and Three Guineas. The short-story is read as symptomatic of a desire for a voice of one's own founded on an appropriation of women's history. In her pamphlets, Virginia Woolf delineates the consequences of the exclusion from the places of learning where the co-hearence of meaning induces bliss as well as gives means to fight the split of consciousness of the subject. In Three Guineas  her intense frustration and anger burst anew. V. Woolf reveals herself and speaks of a symbolic wound that she has never been able to heal.

Entrées d’index

Studied authors :

Virginia Woolf

Texte intégral

1Une lecture symbolique de l'une de ses toutes premières nouvelles suggère que V. Woolf opère par l'écriture un retour vers le passé enseveli de l'écriture féminine dans le dessein de s'approprier un héritage de ressenti inscrit dans des liasses poussiéreuses et ainsi de libérer les voix de la conscience et de l'expression. Nous souhaitons retracer jusque dans ses errements idéologiques parfois, mais aussi dans ces moments d'extrême lucidité le parcours de cette exigence d'une voix dissidente qui se fait entendre dans la nouvelle "The Journal of Mistress Joan Martyn" et s'exprime ouvertement dans les pamphlets A Room of One's Own (1929) et Three Guineas (1938).

2Dans la première nouvelle "The Journal of Mistress Joan Martyn" qu'elle n'a d'ailleurs ni publiée ni intitulée, Virginia Woolf met en scène une narratrice qui procède à un acte d'affirmation de soi dès l'ouverture du récit,

  • 1  Ecrite en août 1906, la nouvelle dépourvue de titre à l'origine a été logiquement baptisée par Sus (...)

My readers may not know, perhaps, who I am. Therefore, although such a practice is unusual and unnatural -- for we know how modest writers are -- I will not hesitate to explain that I am Miss Rosamond Merridew, aged forty-five -- my frankness is consistent! --and that I have won considerable fame among my profession for the researches I have made into the system of land tenure in mediaeval England1.

3Cette apparente maîtrise professionnelle semble masquer en fait une fêlure existentielle de vaste ampleur dans la mesure où cette historienne spécialiste de la tenure médiévale, c'est-à-dire la concession de terre d'un seigneur à un autre, parcourt la contrée à la recherche de textes anciens, "I present myself at old farm houses, decayed halls, parsonages, church vestries always with the same demand. Have you any old papers to show me?"(33). Cette question formulée avec la force d'une exigence réitérée, "the same demand", résonne comme une quête insistante d'identité qui ne s'apaise qu'au moment où la narratrice découvre le journal de Joan Martyn, jeune femme noble du XVe siècle, qui sera citée sans discontinuer, sans que la narratrice ne reprenne la parole.

4Le silence de la narratrice qui s'efface devant la parole de Joan Martyn signale qu'une passation s'accomplit, une transmission est à l'oeuvre qui dote la branche féminine d'un trésor de signifiants propres à fonder son identité. Cette quête s'effectue en tenant compte du Nom-du-Père, signifiant indispensable selon la théorie lacanienne pour nouer la trinité du réel, du symbolique et de l'imaginaire. Le Nom-du-Père est à sa place dans la chaîne symbolique, car ce Journal est donné à la narratrice par son propriétaire, Mr Martyn, descendant de l'auteur du journal. V. Woolf complexifie la thématique en utilisant le don. En effet, la narratrice a réprimé son envie de faire une proposition d'achat du document, ce qui symboliserait une émancipation de la femme par ses propres moyens. Mais Mr Martyn dit simplement, "If these old papers please you, I'm sure you're welcome to 'em" (44). S'agit-il d'un don, d'un prêt illimité ? Un partage peut-être qui vaut reconnaissance de dettes. Sans refus ni opposition du détenteur légitime du document, la narratrice peut s'approprier le texte, "I walked off with Grandmother Joan beneath my arm" (45). Une filiation matrilinéaire se met en place qui pour V. Woolf a valeur de libération. L'écriture peut dès lors articuler, sans censure, l'aliénation féminine, repérer les symptômes, dire la souffrance et donner sens à la quête d'identité.

  • 2  F., Dolto, La Difficulté De Vivre, Carrère : Vertiges, 1986, p.  533.
  • 3  V. Woolf, A Room of One's Own, London, Triad books, 1988, p. 24. Désormais abrégé en AR.

5Latente dans la nouvelle, la voix dissidente devient manifeste dans les pamphlets de V. Woolf. Dans une formule lapidaire, F. Dolto a écrit "La loi a castré les femmes". C'est cette castration bis, celle-ci exécutée par le législateur que V. Woolf porte à la lumière2. Dès les premières pages de A Room of One's Own , V. Woolf met en scène un personnage féminin chassé des lieux du savoir et propose une réflexion sur un ordre social qui fonde une distinction entre un dehors et un dedans sans dialectique possible : "I thought how unpleasant it is to be locked out; and I thought how worse to be locked in."3 Cette rationalisation qui consiste à dire que ce que l'on ne peut obtenir n'a pas de valeur, ne fait que révéler l'intensité d'un désir qui, dans le détail, pourrait être qualifié de mimétique si les enjeux n'étaient que de rivalité et de prestige. Le contraste entre le repas succulent dégusté à Oxbridge et l'insipide dîner pris dans l'institut de femmes de Fernham peut s'interpréter comme l'expression d'une intense jalousie suscitée par les privilèges dont jouit le pouvoir masculin (AR 11-19). L'envie de la romancière pour une jeunesse tumultueuse qu'elle imagine fondatrice pour l'écriture peut se lire de la même manière :

At the same time, on the other side of Europe, there was a young man living freely with this gypsy or with that great lady; going to the wars; picking up unhindered and uncensored all that varied experience of human life which served him so splendidly later when he came to write his books. Had Tolstoï lived at the Priory in seclusion with a married lady 'cut off from what is called the world', however edifying the moral lesson, he could scarcely, I thought, have written War and Peace. (AR 68)

6Les enjeux sont plus vastes car il y va de la relation du sujet à l'ordre symbolique, à ce que J. Lacan appelle l'Autre. L'accès barré à la bibliothèque d'Oxbridge "with all its treasures safe locked within its breast"(AR9) , met à vif des pulsions sans médiation possible. V. Woolf nous restitue dans ce pamphlet la vie et la souffrance de ces femmes obscures qui ont vécu depuis le XVIe siècle sans possibilité de sublimation :

Any woman born with a great gift in the sixteenth century would certainly have gone crazed, shot herself, or ended her days in some lonely cottage outside the village, half witch, half wizard, feared or mocked. (AR 48)

7Pour contrecarrer la déréliction du sujet, ce "sudden splitting off of consciousness"(AR 93), la stratégie de V. Woolf est de donner un peu de substance, un corpus à la branche féminine d'une lignée dans laquelle elle s'inscrit et dont elle se fait l'héritière : "We think back through our mother if we are women"(AR 72-3).

  • 4  Extrait de la lettre que V. Woolf adresse à Violet Dickinson le 16 novembre 1906. The Letters of V (...)
  • 5  Roland Barthes Par Roland Barthes, Paris : Seuil, coll. Ecrivains de Toujours, 1975, p. 76.
  • 6  Benvéniste, E., "De La Subjectivité Dans le Langage", in Problèmes De Linguistique Générale, Paris (...)
  • 7  V. Woolf, The Waves, London : Triad/Panther Book, 1984, p. 79.

8Dans le pamphlet A Room Of One's Own V. Woolf choisit de faire le procès du déni de justice dont la femme s'est vue frappée. Elle en décrit les répercussions le long de la lignée dans laquelle elle s'inscrit, et cela, jusqu'à son moment historique où elle assume un "je" incertain qui a toutes les caractéristiques du désêtre. "'Alien' is a pretty word, ain't it?", écrivait V.  Woolf à une amie4. C'est l'un de ces mots à double face qui plaisait à Roland Barthes : "bon mot à la fois social et mental", disait-il5. A écouter les deux langues, l'anglaise puis la française, on entend aussi a-lien. Dépourvue du cordon ombilical qui la rattache à la société, V. Woolf se présente dans ce texte comme un sujet sans identité sociale. De cette forme linguistique qu'Emile Benvéniste décrit comme vide et offerte à tout locuteur qui se place en exercice de discours6, V. Woolf en parachève l'hémorragie sémantique : "'I' is only a convenient term for somebody who has no real being.(...) call me Mary Beton, Mary Carmichael or by any name you please."(AR 6) Subir la passion de ce 'je' qui n'a pas d'être, c'est pour le lecteur glisser vers une identification qui permet un décentrement du moi, "One is so dyed in one's own brand of being," disait V. Woolf. Déprise de soi qui est un pur effet de signifiant et qui permet de prendre conscience que les catégories de féminin/masculin et leur corrélat de passivité/activité trompent parce qu'elles masquent la différence sexuelle et figent en un point de la langue des identités qui, pour être structurées comme le langage, sont mixtes et mouvantes : "We are for ever mixing ourselves with unknown quantities", fait dire V. Woolf à Bernard dans The Waves.7

  • 8  Entrée du 20 mai 1938. The Diary, vol. 5, op. cit., p. 141. V. Woolf, Three Guineas, London, The H (...)
  • 9  Compte-rendu de Three Guineas pour Scrutiny, in V.Woolf, The Critical Heritage, R. Majumbar and A. (...)

9Si le don d'un 'je' vidé de sa substance facilite la tâche du lecteur dans l'appropriation de la force symbolique du texte, V. Woolf sent bien par ailleurs, inévitablement, qu'elle s'engage sans fard et sans masque pour nous livrer un peu du 'je' de son énonciation. Du pamphlet Three Guineas, publié quelques neuf ans après A Room Of One's Own et dont on peut penser que le premier est la continuation du second, V. Woolf dira : "Also I'm uneasy at taking this role in the public eye — afraid of autobiography in public."8 Mais déjà, dès les premières pages de A Room Of One's Own elle déclarait : "One can only give one's audience the chance of drawing their conclusions as they observe the limitations, the prejudices, the idiosyncrasies of the speaker"(AR 6). Face à un sujet qui fait don d'une part de sa vérité, il est facile de l'éreinter comme le fait Q. D. Leavis en lui opposant un livre de l'anthropologue Margaret Mead9. V. Woolf aura sans doute eu le tort de doter Three Guineas d'abondantes notes qui font illusion. A Room Of One's Own et Three Guineas sont des pamphlets, "my war pamphlet" disait-elle du second, et ils méritent d'être lus selon les lois du genre. A relever exclusivement que dans Three Guineas V. Woolf ne prend la parole qu'au nom des femmes de sa classe sociale, c'est méconnaître qu'elle parle avant tout d'elle-même. Revenir sans cesse sur les 'educated men's daughter' et les 'educated men's wife' pour dénoncer des liens qui les maintiennent dans une minorité éternelle, comme le fait V. Woolf, c'est se faire le porte-parole d'un groupe mais c'est aussi glisser sur la catégorie des 'mothers' of educated men' dont elle aurait tant aimé faire partie.

10Dans une lettre à sa grande amie Ethel Smyth, V. Woolf ne cache pas que sa parole n'est ni tout à fait pure, ni tout à fait impure mais qu'elle s'origine dans un entre-deux :

  • 10  Lettre datée du 8 juin 1933. The Letters, vol. V, op. cit., p. 195.

I didn't write 'A Room' without considerable feeling (...). I'm not cool on the subject. And I forced myself to keep my own figure fictitious, legendary. If I had said, look here I am uneducated because my brothers used all the family funds which is the fact - well they'd have said, she has an axe to grind; & no one would have taken me seriously.10

  • 11  A Benedict Nicolson. Lettre datée du 24 août 1940. The Letters, vol. VI, op. cit., p. 420.
  • 12  K. Hill, "Virginia Woolf and Leslie Stephen : History and Literary Revolution", in PMLA, 3, May 19 (...)

11Le pas suivant, c'est un dénigrement de l'éducation reçue dans les murs du 22 Hyde Park Gate, la maison familiale : "Now my education (alone among books) was a very bad one."11 Katherine Hill émet l'hypothèse intéressante selon laquelle cet enseignement était loin d'être aussi négligeable que V. Woolf veut bien le présenter, puisque le choix de sa carrière s'est fait très tôt, et cela avec le plus grand soutien de son père, Sir Leslie Stephen12. C'est la mise à l'écart d'un monde d'expérience où l'échange de paroles vives et vivifiantes apporte son lot de plaisir et de jouis-sens qui a été pour V. Woolf une blessure symbolique jamais cicatrisée.

  • 13  Lettre datée du 16 mars 1926. The Letters, vol. III,op. cit. p. 247.

12De son enfance, V. Woolf dit à Vita Sackville-West : "(...) think how I was brought up! No school; never any chance to pick all that goes on in school - throwing balls; ragging; slang; vulgarity; scenes; jealousy (...)."13A son frère très aimé, Thoby Stephen, elle écrit en 1903 :

  • 14  Lettre de mai 1903. The Letters, vol. I, op. cit., p. 77.

I don't get anybody to argue with me now, and feel the want. I have to delve from books, painfully and all alone, what you get every evening sitting over your fire and smoking your pipe with Strachey etc. No wonder my knowledge is but scant. There's nothing like talk as an educator I'm sure.14

  • 15  Entrée du 16 février 1932. The Diary, vol. 4, op. cit., p. 77.

13A recoller ces fragments du ressentir de V. Woolf, on perçoit que la fixation qu'elle opère sur Oxford et plus particulièrement sur l'université de Cambridge d'où sont issus ses meilleurs amis, est indéracinable. Son mécontentement à l'égard d'une civilisation qui l'écarte de l'Intelligentsia et la place, selon son analyse, dans l"Ignorantsia" (TG100) met le feu à cette poudre qu'elle amasse depuis son enfance : "I have collected enough powder to blow up St Paul's.", dit-elle15.

  • 16  S. de Beauvoir, Le Deuxième Sexe, Paris : Idées/Gallimard, 1949, p. 113.

14Il ne faut pas s'y tromper, ce n'est pas la cathédrale que V. Woolf veut pulvériser, mais bien saint Paul et ce monde "farouchement anti-féministe" dirait Simone de Beauvoir16. Ce monde là, dans les années trente, paraissait tituber vers sa fin et V. Woolf veut y voir comme la preuve qu'entre patriarchie et totalitarisme il n'y a pas de différence. Elle amalgame les deux systèmes pour en faire une bête devenue immonde à force de s'être repu de son propre pouvoir. Il faut lire le pamphlet Three Guineas comme la réédition, sur un canevas bien plus large, d'un même ressentiment à l'égard d'un pouvoir masculin qui non seulement ne partage pas, mais de surcroît, mène la culture vers le gouffre de la guerre. Dans ce pamphlet, V. Woolf revêt la tunique de Cassandre et le masque d'Antigone pour dire ses quatre vérités à une société qui ne veut rien entendre. Selon une logique qui était en place bien avant A Room Of One's Own, V. Woolf insiste pour dévoiler un corps social qui court à la faillite pour avoir forclos de son maillage la femme et sa force dont elle dit : "One has only to go into any room in any street for the whole of that extremely complex force of feminity to fly into one's face."(AR 83)

  • 17  G. Radin, Virginia Woolf's The Years, The Evolution of A Novel, Knoxville, Tenn., The University o (...)

15De la forclusion, qui pour la théorie lacanienne est l'absence du Nom-du-Père dans la structure somato-langagière du sujet, ce sont surtout les effets dévastateurs qui disent le mieux le tragique d'une situation. A faire le saut du psychisme individuel au champ social on peut dire que V. Woolf pointe un doigt accusateur vers le défaut d'une organisation sociale qui a exclu le 'je' de la femme et son pouvoir pacifiant, laissant ainsi le champ libre aux successeurs modernes du tyran Créon, Hitler et Mussolini, qui disloquent la communauté. La vision d'un monde en voie de dislocation parce que les rôles sexuels et les sphères d'activité de chacun sont trop nettement différenciés, est explicitement formulée par V. Woolf dans les avant-textes de The Years (1937) où elle fait dire à l'Autre, l'étranger Nicholas Pomjalovski : "The nineteenth century was the age of the specialist: the men were educated in one one way; to make money; the women in another, to bear children. The result is war..."17.

  • 18  G. Raimbault, et C. Eliacheff, Les Indomptables, Paris : Point-Seuil, 1989.
  • 19  Note de lecture de V. Woolf sur la pièce de Sophocle. Inédit. Ces notes sont détenues par l'Univer (...)
  • 20  Lettre datée du 24 août 1940. The Letters, vol. VI, op. cit., p. 420.
  • 21  Entrée du 17 février 1922. The Diary, vol. 2, op. cit., p. 167.

16Si V. Woolf a faim d'un autre monde, ce qui semble une constante des anorexiques selon G. Raimbault et C. Eliacheff,18 c'est dans l'exacte mesure où elle s'identifie à l'Antigone de Sophocle. Antigone défie l'édit de Créon pour donner une sépulture à son frère Polynice et l'inscrire dans l'ordre symbolique, et le tyran Créon dont V. Woolf disait "Creon is always a repulsive character",19 la condamne à être emmurée vivante. Ce suicide pour promouvoir la loi non-écrite ou la Loi, est à mettre en parallèle avec la société des exclus, "The Society of Outsiders" (TG 122), que V. Woolf appelle de ses voeux, et dans laquelle elle se place résolument pour assister, non sans angoisse, à la dérive d'un monde qui se défait. A Benedict Nicolson qui critiquait Roger Fry pour son manque d'activisme devant la montée du nazisme, elle démontrera que sa lutte aura été menée avec les armes de l'artiste et aura cette phrase qui vient du noyau dur de sa colère et frustration profondes : "I take refuge in the fact that I've received so little from society that I owe it very little."20 Phrase énorme qu'il serait facile d'adoucir en la confrontant à bien d'autres énoncés, mais qui montre que V. Woolf n'aura jamais vraiment liquidé son féminisme qu'elle appelait "this black blood of bitterness which is poisoning us all."21 Si elle n'y est pas parvenu, c'est peut-être parce que son féminisme s'intrique au pur désir et au manque-à-être dont parle J. Lacan.

  • 22  Entrée du 13 juin 1923. The Diary, vol. 2, op. cit., p. 247.

17Au-delà de la voix dissidente qui exprime dans la nouvelle et les pamphlets la souffrance d'incomplétude du sujet et les injustices subies, se fait entendre l'insistance de la chaîne métonymique du désir, un désir qui ne saurait jamais combler le manque de l'être. Ainsi que V. Woolf le formulait : "And as usual I want — I want — But what do I want? Whatever I had, I should always say I want, I want."22

Bibliographie

Roland Barthes par Roland Barthes, Paris : Seuil, coll. Ecrivains de Toujours, 1975.

Beauvoir de, Simone, Le Deuxième Sexe, Paris : Idées/Gallimard, 1949.

Benvéniste, Emile, Problèmes de Linguistiques Génèrales, Paris : Idées/Gallimard, 1966.

Dolto, Françoise, La Difficulté de Vivre, Carrère : Vertiges, 1986.

Girard, René, La Violence et Le Sacré, Paris : Grasset, 1972.

Hill, Katherine, "Virginia Woolf and Leslie Stephen : History and Literary Revolution", in PMLA, 3, vol. 96, 1981, pp. 351-362.

Lacan, Jacques, Le Séminaire XX : Encore, Paris : Seuil, 1975.

Radin, Grace, Virginia Woolf's The Years, The Evolution Of A Novel, Knoxville, Tenn. : The University of Tennessee Press, 1981.

Raimbault, Ginette et Eliacheff, Caroline, Les Indomptables, Paris : Point-Seuil, 1989.

Sophocle, "Antigone", in Sophocle, Théâtre Complet, traducteur R. Pignare, Paris, Garnier-Flammarion, 1964.

Woolf, Virginia, A Room Of One's Own, London : Triad Grafton Books, 1988.

--, Three Guineas, London : The Hogarth Press, 1986.

--,The Waves, London : Triad/Panther Book, 1984.

--,The Complete Shorter Fiction, S. Dick, ed., London : Triad Grafton Books, 1989.

The Diary Of Virginia Woolf, vol. 1-5 : 1915-1941, A.O. Bell, ed., Harmondsworth : Penguin Books, 1977-88.

The Letters Of Virginia Woolf, vol. I-VI: 1888-1941, N. Nicolson and J. Trautman, ed., London : The Hogarth Press, 1975-1980.

V. Woolf, The Critical Heritage, R. Majumbar and A. Mc Laurin, ed., London : Routledge and Kegan Paul, 1975.

Notes

1  Ecrite en août 1906, la nouvelle dépourvue de titre à l'origine a été logiquement baptisée par Susan M. Squier et Louise A. DeSalvo "The Journal of Mistress Joan Martyn". V. Woolf, The Complete Shorter Fiction, S. Dick, ed., London, Triad Books, 1989, p. 33-62.

2  F., Dolto, La Difficulté De Vivre, Carrère : Vertiges, 1986, p.  533.

3  V. Woolf, A Room of One's Own, London, Triad books, 1988, p. 24. Désormais abrégé en AR.

4  Extrait de la lettre que V. Woolf adresse à Violet Dickinson le 16 novembre 1906. The Letters of Virginia Woolf, vol. I : 1888-1912, N. Nicolson and J. Trautman ed., London : The Hogarth Press, 1975, p. 246. La correspondance sera abrégée en The Letters.

5  Roland Barthes Par Roland Barthes, Paris : Seuil, coll. Ecrivains de Toujours, 1975, p. 76.

6  Benvéniste, E., "De La Subjectivité Dans le Langage", in Problèmes De Linguistique Générale, Paris : Gallimard, 1966, p. 263.

7  V. Woolf, The Waves, London : Triad/Panther Book, 1984, p. 79.

8  Entrée du 20 mai 1938. The Diary, vol. 5, op. cit., p. 141. V. Woolf, Three Guineas, London, The Hogarth Press, 1986. Abrégé en TG.

9  Compte-rendu de Three Guineas pour Scrutiny, in V.Woolf, The Critical Heritage, R. Majumbar and A. Mc Laurin ed., London : Routledge and Kegan Paul, 1975, p. 419.

10  Lettre datée du 8 juin 1933. The Letters, vol. V, op. cit., p. 195.

11  A Benedict Nicolson. Lettre datée du 24 août 1940. The Letters, vol. VI, op. cit., p. 420.

12  K. Hill, "Virginia Woolf and Leslie Stephen : History and Literary Revolution", in PMLA, 3, May 1981, vol 96, pp. 351-362.

13  Lettre datée du 16 mars 1926. The Letters, vol. III,op. cit. p. 247.

14  Lettre de mai 1903. The Letters, vol. I, op. cit., p. 77.

15  Entrée du 16 février 1932. The Diary, vol. 4, op. cit., p. 77.

16  S. de Beauvoir, Le Deuxième Sexe, Paris : Idées/Gallimard, 1949, p. 113.

17  G. Radin, Virginia Woolf's The Years, The Evolution of A Novel, Knoxville, Tenn., The University of Tennesse Press, 1981, p. 71.

18  G. Raimbault, et C. Eliacheff, Les Indomptables, Paris : Point-Seuil, 1989.

19  Note de lecture de V. Woolf sur la pièce de Sophocle. Inédit. Ces notes sont détenues par l'Université du Sussex.

20  Lettre datée du 24 août 1940. The Letters, vol. VI, op. cit., p. 420.

21  Entrée du 17 février 1922. The Diary, vol. 2, op. cit., p. 167.

22  Entrée du 13 juin 1923. The Diary, vol. 2, op. cit., p. 247.

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Sohier, « Incidences de la dissidence chez Virginia Woolf : de la nouvelle aux pamphlets », Journal of the Short Story in English [En ligne], 31 | Autumn 1998, mis en ligne le 16 juillet 2008, consulté le 24 avril 2017. URL : http://jsse.revues.org/162

Auteur

Jacques Sohier

Maître de conférences à l'Université d'Angers où il enseigne l'anglais. Auteur d'une thèse sur V. Woolf, il a publié des articles sur la littérature anglaise. Il s'intéresse en particulier aux approches théoriques issues de la psychanalyse et de la pragmatique.

Articles du même auteur

Droits d’auteur

© All rights reserved

  • Revues.org