Navigation – Plan du site
Article

Du texte à l’écran, deux avatars de la Maison Usher au cinéma

Gilles Menegaldo

Entrées d’index

Studied authors :

Edgar Allan Poe

Texte intégral

1Le récit de Poe offre des possibilités de dramatisation visuelle en raison de sa structure narrative très élaborée, articulée sur une progression subtile proche d’un parcours initiatique. La première phase concerne l’arrivée d’un étranger dans un monde clos en état d’équilibre instable ou plutôt soumis à un lent processus de dégradation comme le signifie la fissure qui zèbre les murs de la maison de Roderick Usher. La confrontation de cet étranger (qui est aussi le narrateur) avec Roderick, être fantasque, artiste dévoyé, dernier représentant d’une lignée menacée de disparition, présente un potentiel dramatique évident. Un autre motif susceptible de dramatisation concerne la présence d’une héroïne emblématique en la personne de la sœur de Roderick, Madeline, personnage fragile qui associe beauté et mortalité, à l’instar de la plupart des femmes poesques. La notion de retour, de revenance a déjà fait l’objet d’une exploitation systématique au cinéma à travers le motif du mort-vivant, vampire ou zombie. De même, la mort de Madeline, enterrée vivante, et son retour spectaculaire sous une forme effrayante se prêtent à une mise en scène théâtralisée. En outre, la dialectique de l’apparition/disparition participe du dispositif cinématographique lui-même, de sa dimension magique, exploitée depuis les origines par des cinéastes comme Georges Méliès et d’autres. Le cinéma implique un double processus : d’abord l’absorption de la « réalité » (le pro-filmique) par la caméra, sa transformation en images mouvantes et la projection de ces images sur un écran ; ensuite, la captation du spectateur, saisi par l’effet fascinatoire des images et des sons, placé dans un état de semi-conscience, voisin d’un état onirique, proche de l’état hypnagogique dont parle le narrateur dans « Le puits et le pendule ».

2Un autre aspect essentiel du récit concerne le paysage, identifié à un organisme mort (paysage-cadavre), qui affecte le psychisme du narrateur et génère un sentiment d’oppression et de malaise, une mélancolie qui ne peut être apaisée. Le point focal de ce microcosme est l’étang miroir dont émane une énergie négative, mortifère. La maison elle-même est caractérisée de manière très visuelle. Son isolement, son caractère dégradé, renvoient à l’archétype gothique si souvent exploité au cinéma. La décoration intérieure de la maison illustre les traits principaux de l’esthétique poesque : forme géométrique des salles, mobilier, effets de lumière (rôle des vitraux colorés, candélabres, rideaux, draperies). Ces différents éléments constituent un défi intéressant pour un décorateur. Le motif de la maison-personnage, l’approche anthropomorphique privilégiée par Poe afin d’établir une relation analogique entre la maison et son propriétaire, implique la mise en place d’un réseau d’échanges qui peuvent donner lieu à des équivalents visuels mis en relation par le montage alterné ou parallèle. Ainsi, Epstein met en place un complexe réseau d’images associant le paysage, la maison et le personnage d’Usher. De fait, la nature torturée, énigmatique de ce personnage peut donner lieu à une performance et constitue un défi pour un comédien désireux d’en donner une incarnation forte à l’écran, ce qui sera le cas de Jean Debucourt et de Vincent Price. La nature hypersensible de Roderick Usher appelle l’idée de l’expressivité, de l’émotion, et de leur transcription visuelle, ce qui est bien compris par les cinéastes, aussi bien Epstein que Corman qui propose cependant une version sensiblement plus libre, mais aussi plus illustrative de la nouvelle de Poe.

3Il s’agit donc ici de confronter deux visions cinématographiques de la nouvelle canonique de Poe. L’une, celle de d’Epstein, se fonde sur des affinités profondes entre le cinéaste et l’écrivain, mais s’inscrit aussi dans un mouvement avant-gardiste visant à célébrer la puissance d’évocation poétique et onirique du médium cinématographique. L’autre, celle de Corman, relève d’un cinéma populaire à petit budget et son ambition théorique est moindre, mais elle manifeste de vrais choix thématiques et formels qu’il conviendra de mettre en lumière.

I. La Chute de la maison Usher, Jean Epstein, 1928

4Le film de Jean Epstein réalisé en 1928 n’est pas à proprement parler une adaptation de la nouvelle de Poe, mais plutôt, comme le sous-titre l’indique, une « variation » sur quelques motifs poesques, à partir de deux textes majeurs : « La chute de la maison Usher « et « Le Portrait ovale ». Il s’agit aussi d’un film d’avant-garde, une œuvre quasi expérimentale proposant une réflexion esthétique et philosophique sur des problématiques qui sont également au cœur du projet de Poe.

  • 1 Jean Epstein, Ecrits sur le cinéma, Seghers, 1962, vol. 1, p. 188.

5Epstein est un fin connaisseur de l’œuvre et de ses concepts philosophiques. Ceci se manifeste dans ses écrits théoriques où il fait aussi référence au pouvoir obsédant de la fiction poesque. Un de ses commentaires illustre cette fascination : « L’horreur chez Poe est due davantage aux vivants qu’aux morts et la mort elle-même y est une sorte de charme. La vie aussi est un charme. La vie et la mort ont la même substance, la même fragilité ».1

6Dans la mesure où Poe est intéressé (voire obsédé) par le brouillage de la frontière entre la vie et la mort, le sujet et l’objet, l’organique et le mécanique, Epstein aura recours à la magie du cinéma (cadrage, mouvements de caméra, angle de prises de vues, montage, effets spéciaux) pour en donner une équivalence. Les objets filmés doivent, selon lui, acquérir une sorte d’intériorité, une qualité spirituelle. Ceci peut faire écho au texte de Poe qui évoque un paysage sentient (doué de sensations). De la même manière, la caméra d’Epstein confère la vie aux choses inanimées et vise à transmettre au spectateur un sentiment de l’interaction entre l’humain et l’inhumain.

7Le film propose une version qui, loin de s’en tenir à une adaptation littérale, combine deux récits de Poe, et fait aussi référence à d’autres textes, directement ou indirectement, par l’image ou les cartons qui s’affichent à l’écran. Ainsi la mention du nom de Ligeia au début du film, dans un insert sur le bas d’un cadre de tableau (Ligeia, Lady Usher : 1717), permet d’associer Madeline à d’autres héroïnes poesques dans une sorte de filiation textuelle qui reduplique la filiation de la lignée. Plus tard, l’ami de Roderick Usher baptisé Allan (et qui n’a plus un statut de narrateur) lit un texte qui n’est autre que le poème de Poe intitulé « Silence ». Au plan visuel, on peut aussi noter la présence insolite d’un chat noir au pied d’une armure, clin d’œil évident de la part d’Epstein à l’attention du spectateur averti. On remarque également la présence d’oiseaux dans des motifs décoratifs : le bas du manteau de la cheminée représente un oiseau aux ailes déployées, le portrait de Madeline est inscrit dans un cadre doré, agrémenté de motifs baroques, entouré d’ailes d’oiseaux. Plus tard dans le film, un hibou insolite est associé, à l’instar du corbeau du célèbre poème, au moment de la mort de Madeline. La présence des horloges et du motif du pendule rappelle des thèmes récurrents chez Poe, notamment dans « Le masque de la mort rouge » et « Le puits et le pendule ». En outre, dans le script écrit par Epstein en 1951 en vue d’une adaptation parlante du récit qui n’a jamais pu être réalisée, l’auteur introduit explicitement cette fois le motif du corbeau. Il utilise aussi deux autres textes de Poe (que le narrateur lit à Madeline pour apaiser sa mélancolie). L’un de ces textes est « Le diable dans le beffroi », nouvelle qui concerne aussi la manipulation du temps et la relation entre l’ordre et le chaos et dont Epstein modifie considérablement le contenu. L’autre est « Lionnerie », nouvelle beaucoup moins connue qui appartient au cycle des contes grotesques. La fin du script est d’ailleurs plus conforme au texte de Poe que la version de 1928, puisqu’elle se termine par la mort du frère et de la sœur enlacés. Seul Allan parvient à s’échapper.

8Le scénario du film réalisé, outre l’association avec « Le Portrait ovale » (qui donne lieu à l’une des scènes les plus spectaculaires du film), se différencie clairement du texte de Poe. Epstein ajoute un prologue : Allan, le voyageur, n’arrive pas directement au domaine d’Usher, mais fait halte dans une auberge voisine pour s’enquérir d’un véhicule qui le conduirait à la maison le soir même. Ce cadre narratif rappelle le Nosferatu (1922) et constitue un hommage à Murnau. Il est facile d’établir une analogie entre le voyageur qui insiste pour être conduit à la maison Usher de nuit alors que les villageois rencontrés à l’auberge expriment leur réticence et refusent même son argent, et le personnage de Jonathan Hutter qui souhaite se rendre directement au château de Nosferatu, faisant fi des avertissements prodigués par l’aubergiste. On peut aussi remarquer le rôle similaire joué par le cocher qui accepte d’emmener Allan à Usher, mais refuse de le conduire jusqu’à la maison et cédant à la panique, s’enfuit en jetant à terre les bagages du voyageur. Ironiquement, ce personnage est enveloppé dans une longue cape similaire à celle qu’arbore le vampire déguisé en cocher dans le film de Murnau. Cet épisode met en relief la notion de frontière, de limite à ne pas transgresser. La séquence de l’auberge, traitée de manière réaliste à l’inverse du reste du film, entretient le suspense et suggère un élément de crainte, exprimé par la réticence des habitants du lieu (en dépit de l’argent offert) et renforcé par l’attitude de la jeune femme présente, le regard chargé d’appréhension et d’épouvante : son visage, à demi déformé par l’angoisse, les yeux hagards et fous, s’inscrit dans une fenêtre fonctionnant comme écran secondaire, mettant en abyme le dispositif filmique lui-même. Ce visage exprime un sentiment de terreur intense et devient lui-même objet d’épouvante pour le spectateur qui est seul à le voir.

  • 2 E. A. Poe, « The Fall of the House of Usher », Tales of Mystery and Imagination, London, Everyman, (...)

9Cette référence à Nosferatu est reprise un peu plus tard avec le plan insistant sur le cercueil transporté à l’intérieur du château. Cette scène évoque l’arrivée du vampire portant son cercueil sous le bras dans les rues de la petite ville de Wismar alors qu’il est à la recherche de Nina, sa future victime. Enfin Epstein utilise, comme Murnau dans la scène de la traversée de la forêt, une image en négatif, lors de la séquence de la mort de Madeline. En outre, Epstein, grâce à ce prologue, maintient le suspense et trouve un équivalent visuel du célèbre incipit de la nouvelle : « During the whole of a dull, dark, and soundless day in the autumn of the year, when the clouds hung oppressively low in the heavens, I had been passing alone, on horseback, through a singularly dreary tract of country; and at length found myself, as the shades of the evening drew on, within view of the melancholy House of Usher ».2 Il donne cependant à voir au spectateur la maison Usher et ses habitants, bien avant qu’Allan ne la découvre. Le réalisateur a donc recours à une double stratégie de retardement partiel et d’anticipation avant l’arrivée d’Allan au château, ce qui crée un écart en termes de savoir entre le spectateur et le personnage.

10Le personnage d’Allan est placé d’emblée en position d’infériorité en raison de son manque d’informations mais aussi de son manque de contrôle sur la situation. A l’inverse, le narrateur de Poe est présenté comme un personnage fiable qui utilise ses compétences médicales et ses facultés analytiques pour proposer un diagnostic concernant la maladie qui affecte son ami Usher. Dans le film d’Epstein, Allan est beaucoup plus âgé que Roderick Usher. Il est présenté comme un quasi-vieillard qui s’efforce de jouer un rôle protecteur vis-à-vis de son ami. Il incarne une sorte de figure paternelle bienveillante (et quelque peu naïve) plutôt qu’un alter ego. Il empêche Usher d’agresser le médecin (figure inquiétante, assez proche du Dr Mabuse de Lang) qui tient à clouer le cercueil de Madeline et il tente de consoler son ami après l’enterrement de celle-ci en lui faisant la lecture. Cependant, outre l’évocation répétée de sa sensibilité excessive au froid et au vent, il est surtout présenté comme étant dépourvu partiellement de deux facultés sensorielles essentielles : la vue et l’audition. Il se situe ainsi aux antipodes de l’hypersensibilité d’Usher qu’Epstein traduit par la gestuelle agitée et les mimiques expressives de l’acteur.

11Allan est associé de manière insistante à un cornet acoustique signalant sa difficulté à entendre (Usher doit lui crier dans l’oreille). La surdité est aussi évoquée par des jeux de scène. Allan est animé de gestes compulsifs, il nettoie le cornet, enfonce son doigt dans son oreille comme pour nettoyer celle-ci, la rendre plus efficace. Un deuxième accessoire est la loupe qu’il utilise systématiquement. La loupe a une fonction ambivalente. Elle permet un examen attentif, rationnel et méthodique de la réalité et facilite l’accès au savoir. On voit en effet, à plusieurs reprises, Allan compulser des manuscrits anciens. En même temps, le recours à cet instrument suggère une déficience. Allan apparaît donc, en contraste avec Roderick Usher, comme celui qui voit mal et surtout n’entend pas. En effet seul Usher semble être sensible à certains phénomènes, notamment lors du retour de Madeline. Cette caractérisation quelque peu négative de l’ami est accentuée par un traitement du personnage qui confine parfois au burlesque, en particulier dans la scène où il tente de faire venir à lui un petit chien qui s’enfuit, effrayé, à son approche (rare moment d’humour dans le film).

12A l’inverse, Usher (Jean Debucourt), apparaît comme une forte personnalité. Il combine en fait les caractéristiques des deux personnages dont s’inspire Epstein, Roderick Usher, mais aussi le peintre du « Portrait Ovale ». D’où l’ascendant qu’il exerce sur Madeline. Cependant, le personnage est aussi un être mélancolique, à l’identité duelle (bi-part being poesque), alternant des phases d’enthousiasme frénétique et de dépression. Il est ainsi représenté dans un état d’indolence quand il joue de la guitare, mais, lorsqu’il peint, il est animé au contraire d’une furieuse énergie créatrice.

  • 3 Cette référence au magnétisme est fortement accentuée dans le scénario du film parlant où Usher uti (...)
  • 4 Même si on a souvent signalé son rôle d’initiateur par rapport au narrateur.

13Usher apparaît aussi comme un homme de savoir. Les cartons font référence à son intérêt pour le magnétisme, ce qui laisse supposer qu’il utilise ses pouvoirs pour faire revenir Madeline d’entre les morts. Ainsi, il veille auprès de sa dépouille avec un livre sur le magnétisme.3 Usher est donc beaucoup plus actif qu’il ne l’est dans la nouvelle de Poe où il semble4 subir les évènements. Loin d’être une victime passive, il tente d’exercer un contrôle sur le réel et s’efforce d’empêcher le clouage du cercueil comme s’il anticipait la possible résurrection de Madeline. Une autre différence essentielle se justifie par l’emprunt au « Portrait Ovale ». Madeline n’est plus la sœur mais la femme de Roderick Usher, ce qui gomme certaines ambiguïtés présentes dans la nouvelle quant à une éventuelle relation incestueuse. Cette modification peut aussi s’expliquer par la volonté du réalisateur d’atténuer certaines résonances autobiographiques.

14Ce qui est plus perturbant pour le spectateur, c’est la transformation de la fin du récit. Madeline revient d’outre-tombe mais loin de s’effondrer, cadavre entraînant son frère dans la mort, elle est sauvée par Usher et tous deux assistent à distance, en compagnie du narrateur, à l’incendie de la maison en un « happy end » peu convaincant et qui fausse l’interprétation de la nouvelle. Celle-ci en effet repose sur l’idée de la fusion de la maison, et des jumeaux Usher et Madeline. Le narrateur, à demi-initié seulement, est exclu du processus, mais, de ce fait, il peut raconter son histoire. Cette dissociation finale narrateur/héros, centrale chez Poe, est donc totalement évacuée. Epstein y substitue le symbolisme étrange de l’arbre de vie constitué d’étoiles qui s’élève au-dessus de la maison en flammes. Aux antipodes de l’ambiance chaotique et apocalyptique de la fin de la nouvelle, cette inscription d’une harmonie divine, d’une quasi-transcendance qui réordonne le cosmos, est peu compatible avec la philosophie de l’écrivain.

15Cependant, à d’autres moments, Epstein réintroduit la dichotomie poesque entre la vie et la mort, l’attraction et la répulsion. Au cours de la scène de l’enterrement de Madeline dans le caveau, il alterne des plans signifiant la mort (le cercueil, l’attitude des personnages endeuillés) et des plans évoquant la vie organique et même, plus spécifiquement, la reproduction, avec l’image récurrente et insolite d’un couple de crapauds en train de copuler. Epstein traduit ainsi, à sa manière, la tension entre les deux forces antagonistes décrites dans l’essai philosophique Eureka. Au moment même où on cloue le cercueil de Madeline sous le contrôle sévère du sinistre médecin — son hochement de tête mécanique scande les coups de marteau —, la force vitale est exprimée par ces huit plans répétitifs de batraciens filmés dans un cadrage de plus en plus serré. Epstein accorde une place importante aux livres et au processus de lecture, comme s’il tenait à rendre compte d’un aspect essentiel du texte de Poe qui utilise déjà la lecture comme ressort dramatique avec le texte enchâssé du manuscrit médiéval « The Mad Trist » (le rendez-vous insensé) lu par le narrateur à Usher et qui constitue une mise en abyme du texte principal. Le réalisateur montre Allan lisant un recueil de poèmes, puis l’œil collé aux pages d’un manuscrit surdimensionné, déchiffrant les caractères à la loupe avant de les lire à Roderick qui écoute, comme pétrifié. Le vent fait s’écrouler, au ralenti, des piles de livres entassés sur des étagères, prélude à un processus entropique généralisé.

  • 5 En particulier « Le cinéma du diable », « L’intelligence d’une machine », « Le Cinématographe vu de (...)

16En dépit du respect très relatif de l’intrigue rendue hybride, Epstein parvient à rendre compte des principaux aspects narratifs et thématiques des textes source. Cependant, son principal mérite est d’avoir réussi à donner une traduction visuelle de l’univers de Poe par la grâce d’une mise en scène extrêmement élaborée, notamment un travail sur la composition du plan, le rythme des images, et le montage. Epstein est en effet, tout comme Poe, un praticien et un théoricien, un expérimentateur de formes. Il exprime ses idées sur l’art cinématographique dans plusieurs essais5 rédigés tout au long de sa carrière. Certaines de ses idées traduisent des préoccupations esthétiques et philosophiques assez proches de celles de Poe.

  • 6 Ce débat est au centre des préoccupations esthétiques à l’époque d’Epstein comme en témoignent les (...)

17Epstein insiste d’abord sur l’importance de la photogénie et la nécessité de construire le film sur le visage et en particulier le gros plan de visage qui est censé exprimer non seulement les affects, mais également l’intériorité, l’âme du personnage.6 Epstein pose également la question de la temporalité, de la relation entre passé et présent mais plus généralement de la différence entre le temps mathématique et le temps subjectif. Un troisième problème soulevé concerne l’absence de frontières entre l’animé et l’inanimé en liaison avec une vision anthropomorphique de la nature. Enfin on peut noter dans les écrits d’Epstein une référence constante à l’univers de la machine, sans doute liée à son admiration à l’égard de l’œuvre du peintre Fernand Léger. Cet aspect mécanique concerne aussi bien — c’est là que le rapport avec Poe devient pertinent — les objets que les êtres humains.

I.1. Le visage, le gros plan et la fragmentation métonymique.

  • 7 Ecrits sur le cinéma, op.cit., vol. 1, p. 98. Voir aussi le numéro 10 de La revue Belge du cinéma c (...)

18Tout comme Poe évoque la force expressive du visage d’Usher, Epstein met en valeur par le gros plan cette expressivité. Selon Epstein, avec le gros plan, l’image vient vers le spectateur, joue avec lui, le conduit dans une autre dimension : « Le gros plan modifie le drame par l’impression de proximité […], le gros plan limite et dirige l’attention. Il me force, indicateur d’émotion ».7 Ainsi, le visage envahit l’écran, s’expose ostensiblement, se donne à voir.

  • 8 Ce portrait est rarement figuré comme tableau peint. En général, c’est l’actrice vivante qui s’insc (...)
  • 9 Ces gros plans expressifs s’opposent aux portraits plus réalistes des habitants de l’auberge.
  • 10 Gilles Deleuze,cinéma 1, L’image-mouvement, Editions de Minuit, 1983, p.141.

19Les gros plans sur le visage de Jean Debucourt sont très nombreux. On notera en particulier ceux où, filmé de face, il peint le portrait de Madeline hors champ, dans une position qui correspond à celle du spectateur comme si celui-ci voyait à travers les yeux du portrait.8 Ces gros plans9 suscitent des effets divers. Parfois, il semble que le pinceau de l’artiste traverse la frontière écranique pour toucher le spectateur qui est à la place du portrait. A d’autres moments, le visage extatique du peintre, déformé (par la courte focale), les lèvres tordues, la bouche largement ouverte, suggèrent le caractère mortifère (vampirique) du processus artistique. Le visage d’Usher peut enfin devenir presque fantomatique en raison du flou et de l’éclairage diffus, illustrant cette phrase de Gilles Deleuze : « le gros plan fait du visage un fantôme et le livre aux fantômes ».10

20 Le gros plan de visage donne lieu à d’autres effets, en particulier quand s’y ajoute le procédé de surimpression. Ainsi, dans la très belle scène de la mort de Madeline, son visage se dédouble—deux images glissent l’une sur l’autre au ralenti—puis se démultiplie. A ce gros plan en mouvement se substitue une image fixe en négatif du visage qui constitue un masque mortuaire suggérant la perte d’énergie vitale du personnage. Ensuite, ce masque apparaît de nouveau mais, filmé avec un éclairage différent, il s’apparente à une statue (ou un masque de cire) signe de la pétrification du modèle. Epstein, en combinant gros plan, ralenti et surimpression, parvient à suggérer un processus de transformation énergétique par lequel le personnage glisse lentement dans la mort. Ce travail de cadrage ne se limite pas au visage. Ainsi, les très nombreux gros plans métonymiques des mains d’Usher mettent en évidence aussi bien son tempérament d’artiste que son obsession, sa fébrilité ou sa terreur. On peut aussi évoquer les très nombreux plans serrés ou inserts sur des objets ou instruments comme la guitare d’Usher, l’horloge, le cornet acoustique, les livres etc.

21Les surimpressions sont fréquentes dans le film, suggérant la coexistence de plusieurs niveaux de réalité. Epstein y a recours au moment où les protagonistes portent le cercueil de Madeline entre deux rangées d’arbres dépouillés de leurs feuilles. La scène s’ouvre sur un plan d’ensemble où l’on voit de très loin le petit groupe d’hommes. D’immenses cierges allumés brillent dans le ciel. Un troisième élément plastique et rythmique consiste en quelques feuilles mortes qui tombent au ralenti dans ce paysage. Plus loin, on voit, dans le même plan, en surimpression, le voile de la morte, les cierges et les feuilles tourbillonnantes. Plus tard, les cierges s’inscrivent le long des berges du lac. Ceci suggère de manière très graphique l’idée d’un paysage mortifère et endeuillé. Le paysage n’est pas seulement un paysage-cadavre, il participe à l’émotion des humains. Par ailleurs, certains plans (sur les cimes des arbres) montés en alternance, sont filmés en contre-plongée verticale et semblent correspondre au point de vue de la morte, ce qui accentue encore le trouble du spectateur.

I.2. La temporalité.

  • 11 Il n’y a pas de flash-back contrairement au scénario ultérieur qui évoque la jeunesse d’Usher et Ma (...)

22La dimension temporelle s’exprime au-delà des péripéties narratives de la linéarité chronologique11. Epstein traduit de manière presque palpable l’écoulement du temps par une utilisation extrêmement travaillée du ralenti. Le caractère tragique de la dissociation du visage de Madeline est accentué par le fort ralentissement qui accentue également ce qui semble être sa chute interminable dans la mort. L’action du vent sur les tentures donne lieu à de superbes images où le ralenti évoque l’idée d’une onde énergétique (un temps matérialisé ?) qui affecte de manière éphémère les humains et les objets. Le très beau plan où le voile/linceul diaphane de Madeline flotte légèrement au-dessus de l’eau suggère peut-être la vie qui anime encore l’esprit et le corps. Ce voile est la première manifestation visible du « retour » de la morte. On le voit très lentement sortir du cercueil, puis s’insinuer hors du caveau. Le ralenti suggère aussi le caractère inexorable du temps. Le balancier de l’horloge filmé en insert flotte dans un espace totalement vide et abstrait et son mouvement pendulaire filmé en fort ralenti semble encore plus menaçant. Parfois enfin, le ralenti participe de l’exagération grotesque. Ainsi les mouvements quasi-mécaniques des hommes qui portent le cercueil, fortement ralentis et exagérés encore par le mouvement de haut en bas de la caméra qui les filme en décrivant des sinusoïdes, acquièrent une dimension caricaturale, soulignant la pesanteur des gestes.

23En de rares occasions, le filmage évoque la rapidité du mouvement. Ainsi la série de travellings au ras du sol suggère une fois encore le point de vue subjectif de la morte-vivante en marche et met en relief la volonté dynamique du personnage de Madeline, anticipant son retour final. Il s’agit cependant d’un leurre pour le spectateur puisqu’elle est encore dans le caveau à ce moment du film. Enfin, la rhétorique de la répétition est utilisée de manière systématique : récurrence des gros plans du visage et des mains d’Usher (trahissant sa frénésie de peindre ou son angoisse), mais aussi plans de pendule, de voile, de cercueil, de tentures agitées par le vent, d’arbres décharnés etc. Le montage de plans répétés traduit la perception subjective de la durée. Ainsi, dans la scène où Roderick, halluciné, achève le portrait de sa femme, Epstein montre en alternance des plans du peintre et des plans de Madeline selon un rythme rapide (plans brefs) qui illustre les mouvements fébriles de la main et du bras de l’artiste et les contraste violemment avec le visage crispé et douloureux (semblable à une Mater Dolorosa) du modèle filmé en très fort ralenti. Les variations rythmiques traduisent ici des perceptions différentes du temps, mais aussi différents états psychiques.

24Une autre séquence suggère le rapport privilégié qui s’instaure entre Usher et la nature extérieure. Un montage alterné d’une vingtaine de plans associe d’une part Roderick et sa guitare (insert des mains, insert sur les cordes), d’autre part la nature extérieure qui semble réagir aux sons de l’instrument, entrer en résonance avec lui. Nous avons ainsi une série d’images en succession rapide, filmées selon des angles différents, en fonction d’une structure précise. D’abord un plan de demi-ensemble de paysage brumeux avec des roseaux agités par le vent suivi d’un gros plan des mains de Roderick jouant, ensuite une contre-plongée sur les arbres morts sur fond de ciel gris, et un plan large sur l’eau agitée par le vent (ou les ondes sonores de l’instrument ?) suivis d’un plan serré sur les mains, ensuite une série de trois plans de nature et de nouveau les mains. Le montage instaure un rythme reposant sur la répétition (avec variation légère) et l’alternance, mais aussi la progression (selon le schéma 1/1, 2/1 puis 3/1). Epstein vise ainsi à suggérer une sorte d’empathie entre Usher et un paysage agi par la musique autant que par les éléments atmosphériques.

I.3. Le mécanique et le vivant

25Epstein, à l’instar de Poe, établit une autre forme de correspondance entre l’humain et le mécanique. On connaît l’importance, chez l’écrivain, de cet aspect qui se traduit, en particulier, par le motif récurrent de l’horloge, mais aussi par l’utilisation d’objets mécaniques dans de nombreux contes (« Le puits et le pendule », « Le joueur d’échecs de Maelzel ») ou encore par la déconstruction du corps en fragments dans « L’homme qui était refait ».

26Selon Epstein, l’objet mécanique se différencie de l’objet naturel, dont les formes varient dans des limites étroites, en ce qu’il se prête à la déformation, à la transformation, et donc à l’invention. Epstein s’intéresse à l’objet-machine qui, en raison de ses formes géométriques, manufacturées, composites, invite au fractionnement, à la fragmentation de la représentation. Cette approche est illustrée dans le passage où les différents rouages du mécanisme interne de l’horloge, filmés au ralenti en très gros plan, semblent acquérir une sorte de vie autonome, suscitant un effet de fascination quasi hypnotique chez le spectateur.

27Ce caractère mécanique peut aussi affecter les individus, qui dans l’œuvre de Fernand Léger sont aussi machinisés, tubulaires, huilés, carrossés. Sans aller aussi loin, Epstein suggère, comme Poe, le caractère mécanique du vivant, notamment dans la séquence où Usher se balance d’avant en arrière dans un fauteuil, le visage rigide et les jambes agitées d’un mouvement répétitif alors qu’il est totalement immergé dans les sensations visuelles et surtout auditives signalant le retour de Madeline.

28Jean Epstein cherche constamment à surprendre le spectateur qu’il entraîne dans un continuum spatio-temporel où toutes les barrières sont abolies. La parenté avec Poe est évidente. L’écrivain et le cinéaste ont la même volonté de transgresser les limites, d’établir des relations entre l’animé et l’inanimé, la vie et la mort, l’organique et le mécanique, mais leur entreprise commune consiste en une exploration de la dimension temporelle dans toute sa diversité et son ambivalence. Il en va autrement dans l’adaptation de Roger Corman, amateur de Poe mais aussi tributaire d’une tradition du film d’horreur soigneusement ancrée à Hollywood et qui renaît également en Europe (Angleterre et Italie en particulier) dans les années soixante.

II. House of Usher, Roger Corman, 1960

29Alors qu’Hollywood puise depuis longtemps dans les récits poesques en se servant de la réputation encore sulfureuse de l’écrivain, aucun des films réalisés dans les années trente ne rend vraiment justice à son univers. La référence à Poe se limite le plus souvent au titre du film, à quelques éléments de scénario où à la présence d’un motif emblématique comme le chat noir qui effraie le Dr Werdegast (Bela Lugosi) dans The Black Cat (Edgar Ulmer, 1934) ou la chambre des tortures dans The Raven (Louis Friedlander, 1935). Il faut attendre le renouveau apporté par Roger Corman qui réalise autour et à partir des textes courts de Poe un cycle comportant huit films en l’espace d’à peine cinq ans. La Chute de la maison Usher (1960) ouvre ce cycle qui se clôt avec La tombe de Ligeia réalisé en Grande-Bretagne en 1964 et distribué en 1965. La Chute de la maison Usher est le plus proche du récit source, même si de très nombreuses distorsions se manifestent. C’est aussi le film où Corman met en place un dispositif et une esthétique qu’il va conserver tout au long du cycle.

30Le scénario est signé par Richard Matheson, grand écrivain de récits fantastiques et auteur de très nombreux scénarii, outre ceux de Corman. La direction artistique (notamment les décors) est assurée par Daniel Haller qui sera un collaborateur régulier de Corman pour tout ce cycle, tout comme Floyd Crosby, le chef opérateur. Haller a racheté des vieux décors du studio Universal : colonnes brisées, candélabres, portes rouillées et se servira d’une vieille grange (seul décor réel) pour l’incendie final. Cette présence régulière des mêmes artistes donne leur unité esthétique aux films de Corman, la même chose ayant lieu pour les films de la firme Hammer produits à la même époque en Angleterre. Un autre point commun avec la Hammer concerne la récurrence des mêmes acteurs, ce qui assure encore plus de cohésion et satisfait les attentes des spectateurs, heureux de retrouver régulièrement Vincent Price dans le rôle principal. Corman joue habilement à ce niveau non seulement de l’héritage cinématographique, mais d’un imaginaire spectatoriel teinté de nostalgie en ayant recours parfois de manière parodique à des icônes comme Peter Lorre, mais aussi Boris Karloff (dans le Corbeau notamment) et Basil Rathbone.

II.1. Structure narrative

31A la différence d’Epstein, Corman se dispense de prologue et commence le film à l’arrivée de Philip Winthrop (Mark Damon) qui n’est pas en position de narrateur. Les plans d’exposition sont très limités et ne peuvent rendre compte de l’ambiance poesque. Il s’agit d’ailleurs des seuls plans tournés en extérieurs, en dehors de la séquence de clôture symétrique. Corman, contrairement à Epstein qui privilégie les décors naturels, choisit de tout réaliser en studio afin de rendre compte de l’atmosphère étouffante et claustrophobique de Poe. Corman déclare que l’Univers de Poe est le « monde de l’inconscient » et il utilise des décors artificiels pour faire baigner le film dans une ambiance irréaliste, onirique, saturée de couleurs. Seul le paysage des premiers plans et le paysage idyllique (arbres en fleurs et prairies verdoyantes) du flash-back sont filmés en extérieurs. Corman utilise simplement pour l’incipit une étendue de bois calcinés, au flanc d’une colline brûlée par un incendie près d’Hollywood.

32La principale transformation concerne l’ajout d’une intrigue romanesque absente du texte source. Le narrateur poesque anonyme devient Philip Winthrop le fiancé de Madeline (Myrna Fahey) venu de Boston pour l’épouser. Ce choix scénaristique entraîne diverses transformations. Ainsi sont ajoutées de multiples scènes qui traitent de la relation entre Madeline et Philip, des scènes qui évoquent les ancêtres et leurs tableaux et visent à amplifier le poids de l’hérédité. Cette notion est renforcée par l’affirmation d’un pouvoir occulte de la maison sur ses occupants. Pour Corman en effet, la maison est le véritable monstre. L’histoire traumatique de la lignée Usher est dramatisée à travers l’illustration, la matérialisation et la récitation du poème de la nouvelle, « Le palais hanté ». Le motif du labyrinthe présent dans le récit est repris et amplifié par les passages secrets empruntés par Philip dans la dernière séquence du film.

33L’emprise de Roderick sur l’état d’esprit de Madeline, convaincue de sa mort prochaine, est amplifiée dans une scène où le personnage incarne la vie alors que dans la nouvelle, elle est associée au spectral et au vampirique. La mort de la jeune femme semble causée par la dispute avec Roderick alors que dans la nouvelle sa mort est annoncée brutalement sans cause apparente. La lettre amicale de Roderick à son ami est supprimée du fait du caractère intrusif de Philip. Cependant, le contenu de la lettre qui traite de la maladie de Roderick est oralisé par lui-même. En ce qui concerne le portrait ovale, le processus de créativité est supprimé, mais l’absorption de la vie par l’art est non seulement transférée à travers le portrait de Madeline, mais aussi amplifiée par les tableaux des ancêtres. Le film est aussi structuré par la répétition du plan du mur extérieur de la maison, mettant en relief par une contre-plongée verticale la lézarde qui s’agrandit graduellement.

34Corman et Matheson respectent une certaine progression du récit qui aboutit à la mort d’Usher et Mad(e?)line alors que Winthrop parvient à échapper à l’incendie final. L’intrigue est cependant profondément modifiée. La narrateur presque identifié à un homme rationnel, pourvu de connaissances médicales et féru d’art et de littérature est remplacé par un jeune premier romantique, fiancé de Madeline, qui reste la sœur d’Usher et non sa femme comme chez Epstein. L’accent se déplace partiellement (au plan du récit) sur le fiancé, qui d’abord tente d’imposer sa volonté, de résister au pouvoir d’Usher, puis se montre incapable de maîtriser la situation au fil des péripéties nombreuses et de plus en plus dramatiques. La séquence onirique cauchemardesque illustre cette incapacité du héros à rétablir son ordre, à aller contre l’héritage ancestral. De ce fait, celui qui joue le rôle du narrateur n’est plus un ami d’Usher mais un antagoniste. Les liens d’amitié sont remplacés par des rapports de force qui sont illustrés dans toute la première partie du film.

II.2. Décor et ambiance

35La dimension gothique est reprise principalement par les décors extérieurs. L’arrivée de Winthrop met en exergue les arbres morts, les zones de brouillard, les nuages gris et bas qui évoquent l’oppression présente dans la nouvelle. L’exploitation du motif du labyrinthe et le manque de lumière participent à la claustrophobie. La musique évoque le côté étrange et fantastique, en particulier les voix associées aux tableaux des ancêtres qui soulignent le pouvoir de la maison, idée renforcée par la reprise de plans en extérieurs de la bâtisse. Le poids d’une Histoire traumatique, héritée du vieux continent, est amplifié au plan diégétique par le caveau familial dans la maison même. Les portraits des ancêtres filmés en contre plongée oblique renforcent la lourdeur de l’hérédité violente et criminelle signifiée aussi par des couleurs vives, voire criardes qui dominent dans ces tableaux de facture nettement expressionniste.

36A la différence d’Epstein, l’inscription littéraire chez Corman est minimale. Seuls quelques plans se focalisent sur un livre, sans doute un ouvrage sur le magnétisme, dont les pages sont tournées par le vent violent qui s’engouffre dans la maison. Cependant Corman reprend et amplifie le poème « Le palais hanté » par la transformation du décor. Le plan des arbres en fleurs est encadré par un fondu enchaîné et un fondu au noir, et s’accompagne de la voix off de Roderick qui raconte l’histoire. Corman rend visible le poème.

37Usher est superbement incarné par Vincent Price qui reste clairement le point focal du film, en dépit de son relatif effacement narratif, et semble assez conforme au personnage décrit par Poe. Dès la première confrontation, Corman met en évidence sa réaction excessive aux bruits. Quand Winthrop élève la voix, Price se bouche les oreilles et grimace de douleur. A plusieurs reprises, le récit fait référence à cette sensibilité exacerbée du frère mais aussi de la sœur concernant la lumière, les tissus et la nourriture. Ainsi Madeline comme son frère ne peut absorber que les aliments les plus fades et semble plutôt anorexique.

38Usher est comme chez Poe une figure d’artiste, à la fois musicien et peintre. Au début du film, Winthrop admire une de ses œuvres, un tableau expressionniste où se mélangent des formes architecturales distordues et des visages informes. Plus tard, Usher joue quelques accords, un peu discordants, de guitare. L’instrument à cordes qui l’apaise est le luth, manière de référer à l’épigraphe de Béranger dans la nouvelle. Contrairement au texte de Poe où Usher écrit au narrateur et lui demande son aide, le visiteur est clairement indésirable dans la mesure où il signifie l’intrusion d’un élément perturbateur dans un ordre défini. Cet ordre est précaire comme en témoigne l’état de décrépitude de la demeure, souligné par la référence insistante à la lézarde et les divers accidents (chute du lustre, effondrement soudain de la balustrade, tremblements divers). Cependant il semble encore solidement assuré et le décor intérieur ne manifeste en rien le désordre décrit par Poe dans la nouvelle qui évoque les livres et instruments épars.

39Usher est présenté comme une figure d’autorité. Il donne des ordres à sa sœur, la subjugue par son regard impérieux à plusieurs reprises quand elle fait mine de se rebeller, et lui dicte son destin en lui refusant de quitter la maison, exerçant clairement un chantage. A l’occasion de la visite organisée par Madeline à l’intention de son fiancé et au cours de laquelle elle fait l’inventaire des ancêtres défunts, le jeune homme horrifié découvre qu’elle a déjà une place assignée dans le caveau familial. L’autorité d’Usher se manifeste aussi par une résistance active à l’encontre du visiteur. Il essaie de le faire partir et exerce une forte pression psychologique sur Madeline. Cette stratégie est illustrée dans la scène où Usher explique l’origine de la malédiction qui affecte le paysage. Le film montre alors des images rétrospectives d’une nature vivante et harmonieuse qui s’oppose au paysage actuel, désolé et mortifère. Usher souligne la lourde hérédité de la famille dans la scène où il présente les portraits des ancêtres, tous déviants et criminels. L’emprise se manifeste par la violence verbale exercée à l’encontre de Madeline dans une scène de violente dispute entendue (mais non vue) par le fiancé derrière la porte de la chambre et qui se termine par un hurlement déchirant. Quand Winthrop se penche sur Madeline inerte, il ne peut que constater les signes d’une mort apparente. La confrontation entre frère et sœur est soigneusement occultée à l’image par Corman, ce qui laisse planer le doute quant aux circonstances du décès.

40Toutes les péripéties liées à l’enterrement précipité et prématuré d’une Madeline en état de catalepsie montrent le caractère manipulateur d’Usher, aux antipodes du personnage poesque. Le corps de Madeline est déplacé d’un cercueil lourdement enchaîné pour suggérer une présence mais en fait vide, à un autre soigneusement caché, stratagème qui fonctionne comme leurre à l’intention de Winthrop. Cette autorité, cette force agissante d’Usher, trouve sa justification, non sans quelque ambivalence, dans l’idée centrale pour le film d’une hérédité du mal qui condamne la famille et en particulier Madeline à la folie. Dans la scène où les protagonistes veillent devant le corps encore visible, un plan en plongée montre la défunte qui agite légèrement les doigts de sa main. Ce plan alterne avec un gros plan de Roderick, le regard orienté sur cette main, suivi d’un autre où Price semble épier Winthrop. Usher sait qu’elle est vivante, ce qui ne l’empêchera pas de fermer le cercueil, en dépit des supplications de Winthrop, accablé et en larmes. Le caractère tyrannique et cynique du frère est ainsi mis en lumière. Cette thématique patriarcale, implicite chez Poe, est explicitée chez Corman qui donne du récit poesque une lecture inspirée de la psychanalyse freudienne. La jalousie maladive du frère est aussi suggérée par les plans où il surveille les jeunes gens et interrompt leur intimité. Ainsi, un bruit de porte annonce son entrée dans la chambre de Madeline, un panoramique filé partant du lit où Winthrop est au chevet de sa fiancée, jusqu’à le cadrer en plan taille, le regard réprobateur fixé sur le couple.

41L’explication fournie par Usher pour justifier l’enterrement prématuré n’est cependant pas tout à fait convaincante. En effet, contrairement à ce que laisse entendre son frère, Madeline a pendant toute la première partie du film un comportement tout à fait normal, notamment vis-à-vis de Winthrop. Son anémie (en partie démentie par le physique de la comédienne) semble liée à la claustration forcée et son obsession envers la mort, motivée par la mise en condition psychologique de Roderick. Elle n’aspire qu’à fuir et se révolte contre l’autoritarisme d’Usher, défiant sa volonté, d’où la réaction perverse et démente de celui-ci.

42Le spectateur ne peut ainsi s’empêcher de penser que c’est Usher qui provoque la folie de Madeline en l’enfermant vivante, qu’il fait donc advenir par sa propre volonté ce qu’il affirme être déterminé par la lourde hérédité familiale. Madeline n’est pas folle, elle le devient en raison des sévices infligés à son esprit mais aussi à son corps cataleptique. Ce que Corman retient par contre de Poe, c’est l’extraordinaire volonté de Madeline, qui même ayant perdu la raison, revient pour accomplir sa vengeance. De nouveau l’antagonisme domine : il s’agit d’une lutte à mort entre la sœur et le frère et non pas comme chez Poe d’une union dans une mort cathartique, prélude à la fusion des éléments quand la maison s’effondre dans l’étang, selon la loi d’attraction définie par l’écrivain dans Eureka. L’incendie final de la maison est un véritable contre-sens par rapport à la nouvelle, sans doute motivé par la nécessité d’assurer un moment spectaculaire (et peu coûteux) que l’on retrouve d’ailleurs dans de nombreux films de la période (notamment ceux du studio Hammer).

43Le décor est résolument artificiel, souligné par une brume de studio (qui sert à masquer l’indigence du décor extérieur), ensuite par la mise en évidence systématique du caractère factice, carton-pâte (le gros plan de la fissure). Les taches de sang sont peu réalistes et le maquillage blafard lourdement souligné du visage de Madeline devenue folle (inserts sur ses yeux exorbités) souligne une théâtralité à la limite du grand guignol. Par contre, le travail plastique de la couleur suggère, en-dehors de ses effets atmosphériques et décoratifs, une approche psychologique et symbolique des personnages. Usher porte un habit rouge vif lors de sa première (et soudaine) apparition. Sa chambre, tapissée de rouge est ornée de tentures et de candélabres rouges, les fauteuils sont recouverts de tissus écarlate. Le tableau qu’admire son visiteur est essentiellement composé de nuances de rouge. Ces objets sont filmés dans des plans construits en profondeur, avec une caméra sans cesse en mouvement, ce qui donne un grand dynamisme à la mise en scène. Plus tard Price arbore un habit noir (qui contraste avec la robe rouge de sa sœur) puis de nouveau une redingote rouge. Le rouge dominant connote à la fois la passion exacerbée de Roderick envers sa sœur et la folie meurtrière de celle-ci, soulignant la thématique du sang, sang corrompu (« tainted ») et sang sacrificiel. Le noir atteste l’obsession de la mort, le comportement mortifère de Roderick qui étouffe toute tentative vitale chez Madeline et signifie aussi le travail du deuil.

44Cette dualité chromatique renforce l’ambivalence et souligne la double nature de Roderick qui affirme son autorité inflexible, mais révèle aussi sa monomanie et ses faiblesses. Madeline est d’abord vêtue de blanc (rappel du stéréotype de l’héroïne gothique, innocente victime) puis d’une robe rouge (lorsqu’elle manifeste sa crainte d’être atteinte de la folie héréditaire des Usher), ensuite d’une robe bleue (en accord avec les motifs dominants de sa chemise) semblable au costume bleu arboré par Winthrop au moment où convaincue par son fiancé, elle manifeste le désir de quitter la maison. Le bleu marial devient ainsi le symbole de la normalité, de l’équilibre et du « bien ». Winthrop est graduellement contaminé par l’ambiance, au point de perdre son attitude policée et de se montrer agressif et violent, son subconscient étant également affecté, traduction assez juste du processus de contamination qui transforme le narrateur poesque et lui fait perdre, en partie, son attitude analytique et rationaliste. Cette dégradation est traduite aussi par son allure vestimentaire, de plus en plus débraillée. A la fin du film, Madeline est à nouveau vêtue de blanc, mais cette fois d’un blanc maculé de rouge, indice de la folie et de la violence homicide qu’elle entraîne alors qu’elle se précipite sur son frère pour se venger.

45Corman utilise une rhétorique assez classique à base de champs contre-champs, et d’un jeu sur l’échelle de plan qui utilise les gros plans de visages, voire l’insert à des fins dramatiques. Il joue essentiellement d’une stratégie de la tension qui se manifeste de plusieurs manières : d’abord par certains effets chocs, comme par exemple la première apparition de Price qui ouvre brutalement une porte et s’inscrit dans le cadre alors qu’on ne l’attendait pas, ou comme l’effondrement partiel de la balustrade ou la chute du cercueil (par contre la chute du chandelier est annoncée par un plan préalable). L’entrée brutale dans le cadre de la main sanglante de Madeline devenue folle crée un autre choc visuel tout comme le moment où elle surgit dans la chambre, filmée en plan taille, semblant se confondre avec le décor rouge feu.

46L’exploration d’un espace labyrinthique et truffé de passages secrets se fait par le truchement de plans subjectifs qui facilitent les processus d’identification avec le protagoniste et donc communiquent au spectateur le sentiment de peur éprouvé dans la diégèse. Les lents travellings dans les couloirs vides (mais où peut surgir une présence invisible) traduisent assez bien l’obsession des passages et des seuils exprimée dans les contes de Poe. Corman a aussi recours à des cadrages serrés afin d’attirer l’attention du spectateur. Ces plans sont illustratifs ou servent la dramatisation. Ainsi, les très gros plans de portraits des ancêtres démoniaques entrecoupent la scène où Winthrop accuse Usher d’être la seule influence maléfique et perverse de la maison. Les inserts des yeux de Madeline à la fin du film traduit sa transformation de manière un peu appuyée mais efficace. La répétition insistante de ce plan est un peu maladroite. Passé l’effet de surprise, il semble moins efficace et presque parodique. La séquence du rêve de Winthrop constitue un morceau de bravoure qui associe horreur cauchemardesque et parodie. La scène est nimbée de brume et le décor est déréalisé par des filtres bleu et violet. Le rêveur descend l’escalier qui conduit à une sorte de chapelle où sont réunis tous les ancêtres qui lui font signe. Les visages grotesques, grimaçants sont saisis en plan subjectif, à la limite du flou (sur un fond musical dominé par des chœurs de femme). Winthrop tente de se frayer un chemin dans cette foule et de rejoindre Madeline, emportée par un Usher ricanant, traduction transparente de la réalité diégétique. Un plan de Madeline hurlant dans son cercueil clôt le rêve, mais ce cri se prolonge sur le plan suivant au moment où le jeune homme se réveille en sursaut, signe que Madeline est encore vivante. Usher le confirme un peu plus tard quand il avoue, le visage empli de terreur, continuer à entendre (le film est alors très proche du récit) les bruits produits par sa sœur qui tente de sortir du cercueil : « I heard her breathe in her casket, I heard the scratching of her fingernails on her casket lid, even now I hear her, alive, deranged ». On verra peu après les doigts sanglants de Madeline s’insinuer hors du cercueil, puis celui-ci vide…

47La picturalité est aussi très présente et vise à renforcer, par le style expressionniste des tableaux, la charge affective du film. La représentation du visage s’exprime par des traits noirs grossiers qui soulignent les yeux, le nez et le menton et se fondent dans les aplats de couleurs vives qui occupent la toile. L’absorption de la vie par l’art est bien rendue par cette peinture qui peut être aussi perçue comme illustration des abstractions pures peintes par Roderick dans la nouvelle. La dimension picturale est amplifiée par Corman non seulement par le truchement des portraits des ancêtres, mais aussi celui de la maison. Une même manière picturale est utilisée avec des aplats de couleurs, rouges, bleus et noirs, figuration de l’esprit tourmenté de l’artiste mais aussi de ses ancêtres criminels. A la fin du film, c’est le portrait de Madeline qui est filmé à plusieurs reprises, comme pour signifier son emprise sur le personnage et confirmer aussi qu’elle participe de la lignée des Usher. Alors qu’Epstein privilégie le gros plan affectif en particulier lors des séances de pose, Corman utilise une rhétorique plus classique, varie les cadrages et n’a recours au gros plan que pour les moments paroxystiques, comme celui où Madeline, sortie de son cercueil grâce à sa volonté et la force surhumaine que lui confère la folie, effectue son « revenir » spectaculaire. Lorsqu’elle s’avance vers l’objectif de la caméra, son visage envahit le cadre et devient flou alors qu’elle se jette sur son fiancé. Le plan met en valeur son visage blanc, ses cheveux libres en désordre, sa main ensanglantée et surtout ses yeux injectés de sang, autant de signes qui confirment sa folie. Un peu plus tard les deux plans serrés de son faciès en furie, montés en alternance avec des plans de Winthrop, témoin impuissant du drame, correspondent à la vision subjective de Roderick au moment où sa sœur tente de l’étrangler, puis s’effondre avec lui sur le sol. Le cadrage oblique accentué laisse un œil hors champ et rend le visage monstrueux. Tandis que les portraits démoniaques se consument dans la maison en flammes, filmée en une série de plans rapides, Winthrop parvient à s’échapper et contemple à distance la destruction de la maison alors que s’inscrit à l’écran la dernière phrase du récit de Poe : « And the deep and dank tarn closed silently over the fragments of the House of Usher ».

48Même s’il reprend la trame narrative globale du récit poesque, Roger Corman opère des modifications considérables et ne rend pas vraiment compte de la complexité de l’œuvre qu’il aplatit sensiblement, amplifiant la touche gothique et mélodramatique. Cependant, si on laisse de côté la question de la lettre du texte, on constate que, en dépit ou à cause des déplacements opérés, Corman traduit bien certains aspects du conte, en particulier l’obsession morbide de Roderick Usher et son génie artistique dévoyé. L’œuvre trouve malgré tout ses limites en raison de son budget modeste, de trucages trop rudimentaires, du manque relatif de charisme de l’acteur incarnant Winthrop, et de ses excès graphiques trop tributaires d’une esthétique de l’horreur et du grotesque.

49Epstein et Poe ont en commun, nous l’avons vu, une vision poétique et métaphysique du monde, ce qui explique aussi pourquoi le cinéaste, peu soucieux de « fidélité » littérale, parvient le plus souvent à trouver des équivalences visuelles (rythmiques et plastiques) au texte de l’écrivain américain. En adaptant le récit de Poe, Epstein fait de son film un véritable manifeste esthétique et un terrain d’expérimentation pour l’art cinématographique.

Bibliographie

AUMONT, Jacques, Du visage au cinéma, Editions de l’Etoile/Cahiers du cinéma, 1992.

DELEUZE, Gilles, Cinéma 1, L’image-mouvement, Editions de Minuit, 1983.

EPSTEIN, Jean, Ecrits sur le cinéma, Seghers, 1962.

POE, Edgar Allan, « The Fall of the House of Usher », Tales of Mystery and Imagination, London, Everyman, 1994

Revue Belge du cinéma n° 10, Gros plan, Hiver 1984-1985.

Notes

1 Jean Epstein, Ecrits sur le cinéma, Seghers, 1962, vol. 1, p. 188.

2 E. A. Poe, « The Fall of the House of Usher », Tales of Mystery and Imagination, London, Everyman, 1994 (1st edition, 1908), p. 137.

3 Cette référence au magnétisme est fortement accentuée dans le scénario du film parlant où Usher utilise son savoir pour exercer un pouvoir sur Madeline mais aussi sur Allan.

4 Même si on a souvent signalé son rôle d’initiateur par rapport au narrateur.

5 En particulier « Le cinéma du diable », « L’intelligence d’une machine », « Le Cinématographe vu de l’Etna ».

6 Ce débat est au centre des préoccupations esthétiques à l’époque d’Epstein comme en témoignent les écrits de Bela Balazs, Eisenstein et bien d’autres. Voir à ce sujet les pages consacrées à Epstein dans l’ouvrage de Jacques Aumont Du visage au cinéma, Editions de l’Etoile/Cahiers du cinéma, 1992.

7 Ecrits sur le cinéma, op.cit., vol. 1, p. 98. Voir aussi le numéro 10 de La revue Belge du cinéma consacré au gros plan en 1984.

8 Ce portrait est rarement figuré comme tableau peint. En général, c’est l’actrice vivante qui s’inscrit dans le cadre comme pour suggérer le transfert d’énergie du modèle au portrait.

9 Ces gros plans expressifs s’opposent aux portraits plus réalistes des habitants de l’auberge.

10 Gilles Deleuze,cinéma 1, L’image-mouvement, Editions de Minuit, 1983, p.141.

11 Il n’y a pas de flash-back contrairement au scénario ultérieur qui évoque la jeunesse d’Usher et Madeline et signale l’origine ancienne du désir obsessionnel d’Usher.

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Menegaldo, “Du texte à l’écran, deux avatars de la Maison Usher au cinéma”, Journal of the Short Story in English, 59, Autumn 2012, 107-126.

Référence électronique

Gilles Menegaldo, « Du texte à l’écran, deux avatars de la Maison Usher au cinéma », Journal of the Short Story in English [En ligne], 59 | Autumn 2012, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 23 juin 2017. URL : http://jsse.revues.org/1325

Auteur

Gilles Menegaldo

Gilles Menegaldo is a full professor of American literature and film studies at the University of Poitiers. He has set up and run the Film Studies Department for 6 years and has been from 2002 till September 2008 president of SERCIA, a European research association on film studies. He has co-written Dracula, la noirceur et la grâce (with A.-M. Paquet-Deyris, Atlande, 2006) and published many articles on gothic literature and film. He has edited several collections of essays among which: Frankenstein (Autrement, 1999), HP Lovecraft (Dervy, 2002), R. L. Stevenson et A. Conan Doyle, Aventures de la fiction, (Terre de brume, 2003, with JP Naugrette), Dracula (Ellipses, Sept. 2005), Jacques Tourneur (CinémAction, 2006), Film and History, (2008, Michel Houdiard). Latest books as editor: Manières de Noir (On Contemporary Crime Fiction), PU Rennes, July 2010. Gothic NEWS, Studies in Classic and Contemporary Gothic Cinema, Michel Houdiard, January 2011, Persistances gothiques dans la littérature et les arts de l’image, (avec Lauric Guillaud, Bragelonne, January 2012), European and Hollywood Cinema: Cultural Exchanges (Michel Houdiard, October 2012).

Droits d’auteur

© All rights reserved

  • Revues.org